Conseils, Lifestyle

Le langage du corps

J’ai cet article en moi depuis des semaines, peut-être même des années. Je ne l’ai pas toujours su, mais la vie m’a portée pour le comprendre. J’ai eu peur de ne pas être prise au sérieux, je ne voudrai pas passer pour la fille qui n’a pas les pieds sur Terre, un peu trop bohème, ou rêveuse, surfant sur la vague de la psychologie, de la sophrologie, de la pleine conscience. J’ai cette révélation en moi depuis des semaines, peut-être même des années, laissez-moi vous la raconter.

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu du mal à lâcher prise. Le langage du cœur est quelque chose que j’ai bien du mal à écouter, préférant (trop) souvent suivre ma raison plutôt que mes émotions, ce que j’essayais de vous dire dans cet article. Et cela fait quelques années que mon corps essaie de me le faire comprendre.

Je me souviens à l’université, cela a commencé quand je refusais d’écouter mes peurs, quand je me contraignais à réaliser ce que je ne souhaitais pas, jusqu’à ce que mon ventre se torde de douleurs sans que je ne sache trop pourquoi. Et puis, quantd j’ai enfin compris ce qu’il essayais de me dire, cela faisait déjà plusieurs années que j’étais dans une relation amoureuse qui ne me convenait pas, du tout. J’aime m’ancrer, l’inconnu me terrorisait, je préférais me complaire dans quelque chose qui, là encore, ne me ressemblait pas. La vérité, avec du recul, c’est que je n’avais pas confiance, en moi. Mon corps m’a fait subir des cystites à répétition (j’en parle ici) pour m’éloigner de cette relation et j’ai refusé de l’écouter pendant des années (environ 5, ou 6), jusqu’à ce que l’acné s’invite sur mon visage. Comme pour éloigner les autres, m’isoler. J’étais en parfaite contradiction avec mon cœur, mon corps souffrait, et mon âme, oh, si vous saviez !

J’ai compris tout cela seulement 1 ou 2 ans plus tard, il y a quelques mois, lors d’une merveilleuse séance d’hypnose qui m’a libérée de tout ce mal. Et par chance, toutes ces épreuves m’ont amenée là où je suis aujourd’hui, vers le végétarisme d’abord, et une vision de la santé tellement plus globale (cela s’appelle hollistique).

Si je vous confie cela, c’est qu’en en discutant avec mon entourage, en échangeant avec eux, je me suis rendue compte d’une chose : je ne suis pas seule. Il y a dans le monde tellement de corps qui essaient de communiquer ! Et trop peu de gens encore ont déchiffré leurs messages. Leurs propres messages. Une otite quand on ne souhaite pas entendre ce que l’on a à nous dire, ou quand ce que l’on a entendu était trop difficile, une exctinction de voix quand on se décide enfin à parler pour de vrai. La maladie, le mal a dit, et ce livre, qui m’éclaire jour après jour. Cela me fait sourire, parfois, comme tout est lié. Tout est lié, c’est évident maintenant.

On court après la vitesse elle même : on veut guérir, vite, mincir vite, faire, vite. Alors on court souvent après les antibiotiques, les salles de sport, les compléments alimentaires. Pour être au mieux, partout, tout le temps. Et je suis comme ça aussi. Mais, si on prenait le temps ? De s’observer, de l’intérieur. De se questionner. Pourquoi, je vais mal ? Quelles sensations m’envoient mon corps aujourd’hui ?  Avez-vous déjà pris du temps pour vous poser ce genre de questions ?

Nous avons tous besoin d’accepter, plutôt que de vouloir être ailleurs, différents, mieux que tout ce que nous sommes déjà. Il est normal de ressentir des émotions différentes, contradictoires, parfois, avec ce que notre raison voudrait bien nous faire entendre. Des émotions décalées par rapport à l’image que la société voudrait nous donner de la perfection.

Tu es comme tu es, et c’est ça, qui est parfait. Tu n’es pas à l’image de la société, ni à l’image des attentes de qui que ce soit, ou de ta raison. Prend le temps de lire les messages de ton corps, et reste à l’image de ton cœur. Tu es à l’image de ton coeur. Tout ira bien.

Ecoutez votre corps, prenez soin de votre âme, et de vous  

Amour xx,

Article précédent

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

[wysija_form id= »2″]